ABONNEZ-VOUS
abonnement

9 numéros
par an

à partir
de 14,9 €

SUIVEZ-NOUS SUR

Accueil

.
danielle gance
Présidente DIGINOVE Consulting
23/04/13
sa marque

Construire sa marque personnelle pour mieux vendre celle de son entreprise

sa marque

Etre dirigeant d’une TPE ou d’une PME/PMI implique de mieux savoir promouvoir ce que l’on est capable de réaliser dans son environnement professionnel pour y faire sa place et d’améliorer en permanence sa communication sur la valeur ajoutée que l’on est en mesure d’apporter à ses clients et à ses partenaires. D’autant plus que le dirigeant est, en l’occurrence, très souvent assimilé à son entreprise.

Pour y parvenir, la démarche ici présentée comporte 3 étapes pour lesquelles il est nécessaire de consacrer un peu de temps (sous réserve de vouloir la suivre) afin d’en retirer par la suite tous les bénéfices attendus.

1. Se connaître soi-même

Cette première étape est importante car elle permet de mieux appréhender votre identité professionnelle en vous appuyant sur les trois points qui sont : 

  • Votre histoire professionnelle en examinant les métiers que vous avez exercés par le passé et les fonctions que vous avez tenues avant de devenir dirigeant d’entreprise,
  • Les connaissances, les compétences et les expertises que vous avez acquises en suivant des formations et tout au long de votre parcours professionnel,
  • Vos qualités humaines de même que vos valeurs et passions qui font que vous êtes ce que vous êtes avec vos points forts et vos points d’effort physiques et psychologiques et qui déterminent d’ordinaire votre manière d’agir.

Cette première analyse doit vous permettre, sous réserve qu’elle soit faite de façon sincère vis-à-vis de vous-même, de vous positionner dans la pyramide de Maslow afin de déterminer ce que vous attendez vraiment de la création de votre entreprise.

Au regard de cet examen, vous disposerez d’une première approche de votre identité, la vôtre, mais ce n’est pas nécessairement celle partagée par votre environnement professionnel. 

Vous serez également amené à identifier des compétences actuelles à développer et des compétences nouvelles et complémentaires à acquérir parce qu’elles s’inscrivent en cohérence avec votre entreprise. 

Enfin, si vous connaissez certains de vos concurrents, vous pourrez aussi, par comparaison, travailler sur vos facteurs de différenciation afin de mieux mettre en avant votre valeur ajoutée.

2. Se faire connaître

A une époque où le digital est prédominant dans l’économie mondiale et eu égard à l’importance croissante des réseaux sociaux, assurer le marketing de sa personne en tant que chef d’entreprise en disant du bien de soi et en étant le plus visible possible aura nécessairement à terme des retours positifs sur votre TPE ou PME/PMI.

Il existe désormais différentes possibilités de développer votre identité et votre réputation professionnelles : création d’une page sur les réseaux sociaux (Facebook et LinkedIn, par exemple) ou d’un blog, prise de parole en public lors de conférences, publication de newsletters ou d’ouvrages, d’articles dans des revues spécialisées, animation d’un réseau professionnel, adhésion à une association, organisation et sponsoring d’événements largement relayés en ligne et par la presse…

Cela nécessite bien sûr d’y consacrer du temps et de l’énergie, mais vous développerez de vous une image moderne et dynamique, vous en retirerez plus de notoriété et de visibilité, de même que vous aurez ainsi l’opportunité de nouer de nouvelles relations qui pourront devenir autant de prospects potentiels.
Ce sera l’occasion aussi de créer votre réseau professionnel, d’identifier des partenaires pour rompre l’isolement et de favoriser, dans le cadre d’une relation gagnant/gagnant, un développement mutuel de vos activités en mettant en commun des expertises et en atteignant une taille critique pour répondre à des appels d’offres.

L’entretien de son réseau professionnel est, à ce titre, essentiel que ce soit par des rencontres régulièrement organisées, par l’envoi de messages, par l’échange d’informations, et par la participation conjointe à des événements, créant ainsi une dynamique d’entraide.

3. Se faire reconnaître

De la confiance accordée par votre entourage professionnel à votre valeur personnelle et professionnelle va dépendre votre réputation professionnelle. Ce que les autres disent de vous, que ce soit par le bouche à oreille physique ou virtuel, aura, en effet, une répercussion directe sur la réputation de votre entreprise. 

Désormais, les références qui figurent sur votre site Internet, les récompenses attribuées, les recommandations et les témoignages positifs de vos clients et de vos partenaires, les discussions sur les réseaux sociaux qui sont des marques de satisfaction doivent servir de preuves à votre réputation professionnelle.
Il faudra donc les mettre en avant pour inciter vos prospects à devenir vos clients et pour attirer de nouveaux partenaires dans le cercle vertueux que vous construisez. 

Il est important aussi de surveiller ce qui pourrait se dire de vous de négatif pour, le cas échéant, prendre les mesures nécessaires afin de corriger et d’améliorer ce qui doit l’être ou vous défendre et répondre à des attaques si celles-ci sont injustifiées.

En conclusion, le travail que tout dirigeant de TPE et PME/PMI doit réaliser sur sa « marque personnelle » ne peut en aucun cas être considéré comme étant réalisé une fois pour toute. Il doit, au contraire, être géré au quotidien et dans la durée pour tenir compte des évolutions personnelles et professionnelles du dirigeant. En ce sens, on pourrait comparer ce travail à l’effort que nécessite une course d’endurance.


0 Réponse(s)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Télécharger l'extrait
couv extrait
Sondage
Les salariés sont-ils trop protégés selon vous ?
Oui :
Non :
Fond par défaut
0
0
0
#dadada
_blank
.jpg
/files/pub/bg_1289747236.jpg
repeat-y