ABONNEZ-VOUS
abonnement

9 numéros
par an

à partir
de 14,9 €

SUIVEZ-NOUS SUR

Accueil

.
Julien Nishimata
Cofondateur et président de Dynamique Entrepreneuriale
14/07/13
lancez business

9 choses qu’on ne vous dit jamais quand vous lancez votre business

lancez business

Créer sa boite semble aujourd’hui facile et encore plus avec le statut de l’auto-entrepreneur. Il suffit d’aller sur le site d’une CCI et tout simplement remplir un formulaire, attendre sa validation et le tour est joué. Une grande simplification des tâches administrative est en route. Mais est-ce réellement aussi simple de se lancer ?

La plupart des entrepreneurs vous répondront que non et heureusement car si c’était si facile de monter sa boite tout le monde le ferait !

On passe par de nombreux stades : joie, pleur, stress, fatigue,…

On parle en ce moment de ces grands entrepreneurs qui réussissent et qui cartonnent à l’international. En revanche, personne ne parle des grandes galères ou échecs qu’ils ont rencontrés quand ils se sont lancés.

Petit état des lieux de ce que l’on ne vous dit jamais quand vous lancer votre business

1. Faire un business plan est nécessaire mais à 95%, ils sont faux. Les prévisions financières sont toujours plus basses. Allez voir un investisseur, l’une des choses qu’il fera sera de baisser vos prévisions trop optimistes.

2. Vous pensiez peut-être qu’être dirigeant vous permettra d’avoir un emploi du temps plus flexible ? Eh non ! Car vous aurez souvent des impératifs (contrat à rendre, devis à préparer, rendez-vous professionnel…) et vous devrez surtout montrer l’exemple à vos salariés.

3. Vous n’aimez pas la comptabilité et vous pensiez que votre expert-comptable ferait tout le travail. Encore faux. Même si le comptable est votre bras droit, il ne vous fera pas votre plan de trésorerie prévisionnel ou vos comptes de résultats des années futurs. En général, il travaille plus dans le passé que dans l'avenir. Vous devrez vous-même créer vos propres tableaux et avoir un suivi quotidien de votre trésorerie au jour le jour. Ce n’est pas lui qui paiera non plus vos fournisseurs ou qui bâtira votre stratégie.

4. Ce qui définit un entrepreneur, c’est sa polyvalence : on est à la fois informaticien, technicien de surface, baby-sitter (parfois les salariés se comportent comme des enfants), vendeur, comptable, gestionnaire, plombier, déménageur, chauffeur, négociateur, juriste etc… Si vous ne maîtrisez pas ces métiers…. Alors apprenez-les.

5. Vie de famille : difficile et souvent peu compatible au lancement d’une société. Il est souvent préférable d’être étudiant et de vivre chez Papa et Maman, ou voir retraité quand vos enfants n’ont plus envie de vous voir et que vous n’avez plus rien à faire. Se lancer prend un temps considérable, il est parfois difficile de sacrifier ce qu’on vient de créer quand on y a mis toutes ses économies et tout son temps. Encore pire si vous pensez que vos amis et votre famille vont vous soutenir. C’est une erreur car ce n’est pas toujours le cas.

6. Certains entrepreneurs vous diront, je n’ai pas créé ma boite pour l’argent mais parce que je voulais faire quelque chose qui me plaît enfin !! Oui faire quelque chose qui me plaît mais qui me rapporte, c'est mieux ! Car je pourrai me payer des vacances aux Seychelles, conduire ma Ferrari, pendant l’été aller dans ma maison de campagne à Cannes et l’hiver dans mon chalet à Chamonix. C'est moche pour vous mais cela ne sera surement pas possible car tout l’argent que vous aurez investi sera réinvesti dans votre boite, vous irez uniquement chez les beaux-parents qui ont une maison à la campagne où vous pourrez peut être, si vous avez la chance apercevoir la mer.

7. Vous avez un associé ? Vous avez fait 50/50. L’erreur à ne pas commettre. Si vous pensez que tout se passera dans le meilleur de monde vous vous trompez, il arrive plus souvent qu’on ne le pense des conflits entre associés : vous n’êtes pas d’accord sur la stratégie de la boite, vous n’avez pas le même caractère, vous n’avez pas la même vie de famille et le même rythme, tous ces facteurs constituent des risques potentiels d’éclatement.

8. La solitude du dirigeant. On en parle pas et pourtant elle est là. Vous restez tard le soir, seul. De quoi déprimer, vous n’avez personne à qui parler ? Personne ne souhaite parler du taux de suicide des dirigeants. Trop difficile de parler de ce type de sujet trop sensible et pourtant il est là et il existe.

9. Payer, payer et payer. Vous aurez l’impression de recevoir plus de factures que d’en faire, il faudra entre autre payer : les fournisseurs, les prestataires, les impôts, les salariés, l’Urssaf, la retraite, les cotisations… La galère quoi !

Voici un début si vous souhaitez en rajouter participer aux commentaires et cela sera avec plaisir qu’on les rajoutera.

Si malgré tous ces éléments vous souhaitez encore vous lancer, vous avez vraiment l’âme d’un entrepreneur, lancez-vous et découvrez tous les bons côtés de l’aventure !


15 Réponse(s)

Morgane Rollando
14 juillet 2013 à 11:06
Signalez un abus
Signalez l'abus que vous avez identifié

Il est tres claire que le role de l'expert-comptable est de tenir la comptabilite.
Le DAF gere la strategie financiere et les projections futures. S'adjoindre un DAF, meme externe, permet de challenger les hypotheses du dirigeant, agir en temps que support et traduire la strategie d'entreprise en chiffres.

ROCHETEAU Sandra
15 juillet 2013 à 10:34
Signalez un abus
Signalez l'abus que vous avez identifié

Pour résumer...il faut savoir s'entourer quand on lance sa société !!! cela permet de mieux gérer les aspects difficiles de cette nouvelle aventure !!un bon expert comptable, les modules de formation de la chambre de commerce...et intégrer un réseau sont de bonnes solutions !!!un article pour lutter contre les soucis du jeune entrepreneur serait super !!!

Vincent
15 juillet 2013 à 13:33
Signalez un abus
Signalez l'abus que vous avez identifié

L'entrepreneuriat reste l'une des plus belles aventures à vivre, il y a pas mal de conseils sur http://www.onbusinessplan.fr/100-ressources-pour-son-business-plan-gratuit/

16 juillet 2013 à 01:19
Signalez un abus
Signalez l'abus que vous avez identifié

Vu comme cela je ne sais pas si cela va faire monter le nombre de candidat. B où faire fuir les derniers à l'étranger. Même si je suis d'accord avec le fond, il faut travailler beaucoup et avoir un moral d'acier mais pour le reste vous caricaturez les traits. Par ailleurs je ne suis pas d'accord avec le côté chef d'entreprise aux compétences polyvalentes. Ce serait sans doute le meilleur chemin pour se planter. Au contraire je préconise de dégager ses talents et d'externaliser les besoins de talents complémentaires sous forme de missions à des experts recommandés et dès que possible embaucher. Dans un monde de haute compétition il serait utopiste de vouloir tout faire et en même temps conserver son niveaux d'expertise originel. Une posture polyvalente empêche freinent les embauches, créent du stress et peut conduire au burn out. L'image de celui qui sait tout n'est plus la bonne identité professionnelle. Par ailleurs je préconise aux entrepreneurs d'être trés entrepreneurs 2.0 au faîte des derniers usages pour conserver un bonne réactivité, efficacité et visibilité. Bien sur les réseaux sont indispensables notamment ceux numérisés après avoir choisit avec un Pro, une bonne stratégie adaptée pour éviter de tomber dans les maladies de l'infobésité ou de la chronophagie du numérique. Vous trouverez de nombreux billets sur ce thème dans mon blog Humain au cœur du numérique.

Julien Nishimata
16 juillet 2013 à 01:26
Signalez un abus
Signalez l'abus que vous avez identifié

Eric, la polyvalence est obligatoire au démarrage d'une boite. Difficile d'externaliser quand on n'a pas d'argent ! :)

Nathalie vogelsinger-martinez
16 juillet 2013 à 11:46
Signalez un abus
Signalez l'abus que vous avez identifié

Bonjour,

Je trouve votre article très clair et très éclairant. Il a le mérite de décrire avec simplicité et pertinence donc avec efficacité la réalité de tout entrepreneur : avoir de nombreuses compétences, se former en permanence, réinvestir ses gains, décider seul, faire le deuil d'une association 50/50... Entreprendre est un état d'esprit qui pour le moment ne s'apprend pas à l'école. Il faut donc chercher des modèles, inventer, oser. Ce qui rend l'aventure (puisqu'il s'agit de cela) particulièrement intéressante.

Entreprendre est une chose, se développer en est une autre, peut-être l'étape la plus difficile et la plus délicate car on n'a plus le contrôle à 100 %. On se trouve très vite confronté à des défis managériaux qui demandent des qualités que n'a pas forcément un entrepreneur.

Pour tenir, il faut la foi non seulement en ses capacités personnelles d'adaptation et de flexibilité (rester créatif) mais aussi une vision réaliste et optimiste (= ça va être dur mais on va y arriver !) de la capacité de son activité à s'adapter au marché.

Il n'en reste pas moins qu'être entrepreneur est extrêmement gratifiant pour toute personne désireuse de relever des défis, de dépasser ses limites, de se remettre en question, d'atteindre des objectifs qui font sens pour elle.

Sanibroyeur
16 juillet 2013 à 13:09
Signalez un abus
Signalez l'abus que vous avez identifié

Très bon article, c'est exactement ce qui se passe mais le pire de tout c'est bien la pression fiscale .
Des que vous commencez à sortir la tête : faut payer sans cesse .
Bref c'est très décourageant .
La mauvaise protection sociale aussi doit être signalé .
Bref vaut mieux être un bon ouvrier , qu'un semblant de patron!

Olivier
21 juillet 2013 à 16:58
Signalez un abus
Signalez l'abus que vous avez identifié

Article intéressant. Il pourrait aussi être intéressant d'attirer l'attention sur les avantages de créer à plusieurs... En s'appuyant sur les complémentarités de chacun, les points positifs peuvent aussi compenser les points négatifs...

Céline Huet
22 juillet 2013 à 11:46
Signalez un abus
Signalez l'abus que vous avez identifié

Julien,

Je partage complètement votre point de vue, même si certains points peuvent être vécu différemment selon sa situation personnelle.

J'ajouterais quelques éléments concernant les erreurs des créateurs d'entreprise :
- on ne crée pas une entreprise sans avoir le budget nécessaire pour s'entourer d'experts ou prestataires de qualité afin d'asseoir son entreprise.
- on ne choisi pas un prestataire parce qu'on le connaît mais parce que son travail et ses valeurs correspondent à vos attentes.
- on vous dit qu'il faut vous faire accompagner, et c'est vrai ! Malheureusement les principaux organismes connus restent généralistes.... Là encore, il faut choisir un expert qui saura vous alerter sur les incohérences de votre projet, les failles, et qui saura vous guider pour la réussite !
- enfin, il faut se différencier et cet élément primordial est souvent traité à la légère.... Pour sortir du lot, il faut innover, être créatif, original !




FANOUIL
22 juillet 2013 à 15:06
Signalez un abus
Signalez l'abus que vous avez identifié

on a créé notre petite société spécialisée dans la vente de cachemire sur internet, et tous ces points, en tout cas dans la phase "création", ont été testés et validés :-)

Meetserious
22 juillet 2013 à 19:05
Signalez un abus
Signalez l'abus que vous avez identifié

Payer, Payer, Payer. Ça c'est bien vrai ! Mais malheureusement, c'est le chemin obligé pour tout créateur. On est heureux lorsque l'on est entrepreneur, mais pour atteindre ce bonheur, il faut laisser tout le monde se servir avant nous !!

Lio
23 juillet 2013 à 14:25
Signalez un abus
Signalez l'abus que vous avez identifié

Comment fait-on lorsque l'on est 2 associés opérationnels pour ne pas être à 50/50 ? Tout le monde dit la même chose mais personne ne propose le commencement d'une solution. Mon associé et moi avons mis un an avant de s'associer et malgré un échec final avec liquidation, les relations ont toujours été bonnes entre nous.
Pour la prochaine fois, je ne sais pas par quoi remplacer le 50/50. Sauf je trouve 1 ou 2 autres associés et être à 33/33/33 ou 25/25/25/25. Je suis preneur de toute suggestion pour ce point pas si anodin et pas si rare que cela à traiter

Julien Nishimata
23 juillet 2013 à 14:37
Signalez un abus
Signalez l'abus que vous avez identifié

vous pouvez tout simplement faire 50/49 ou faire 49/49/1. Faire appel à une personne qui tranchera. Le système 3 associés peut être bien : 33/33/33 (j'arrondis)

GON Alex
03 août 2013 à 09:30
Signalez un abus
Signalez l'abus que vous avez identifié

Bon article !

Le probleme des associés qui n'ont pas autant de pouvoir que le majoritaire, c'est qu'ils abandonnent au premier souci.

Marie-Louise
03 août 2013 à 17:20
Signalez un abus
Signalez l'abus que vous avez identifié

Articles très intéressant, il ne faut pas oublier que nous vivons dans un monde impitoyable, la crise, la mondialisation n'arrangent rien, la plupart des entrepreneurs pensent gagner leur vie en créant une activité quelle qu'elle soit, c'est devenu quasiment irréel, l'état vous saute dessus au premier virage, sinon vous êtes rattrapé 2 ou 3 ans plus tard et là ça fait encore plus mal, le coup de massue fatal.... un site e.marchand c'est pire, beaucoup de visiteurs, peut de ventes, peut importe qu'il y soit apposé toutes les icônes possibles de sécurité, de confiance , vous ne faites que payer des abonnements pour attirer les clients, en réalité sans se voiler la face, les ménages n'ont plus d'argent, pour ma part je n'ai pas autant d' icônes sur mon site mais mes concurrents oui et leur chiffre n'est pas meilleur. Nous entrepreneurs, sommes contraints à travailler ardemment et chercher des solutions pour garder la tête haute, pour ne pas sombrer dans la déprime car personne ne viendra à notre secours ! l'argent est roi, difficile à l'acquérir et encore plus dur à le préserver....!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Télécharger l'extrait
Devenez le roi du business
Sondage
Si vous êtes entrepreneur(e), gagnez-vous plus de 2000 euros net ?
Oui :
Non :
Fond par défaut
0
0
0
#dadada
_blank
.jpg
/files/pub/bg_1289747236.jpg
repeat-y
Entreprise Facile
0
300
250
http://www.dynamique-mag.com/php/trace_lien.php?c=eyJpZCI6IjAiLCJ0eXBlIjoicHVibGljaXRlLzMwMHgyNTAiLCJub20iOiJFbnRyZXByaXNlIEZhY2lsZSIsInVybCI6Imh0dHA6Ly93d3cuaW5jd28uY29tL3NpdGUvbm91dmVhdV9jb21wdGU/YT1keW5hbWlxdWVtYWcmYW1wO2I9YmFubmVyIn0=
_blank
.gif
/files/pub/incwo_184249729.gif
no-repeat