Les bons et les mauvais côtés du business en famille

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     03/02/16    
bons mauvais cotes business famille

Quels sont les bons et les mauvais côtés des entreprises gérées par des membres d’une même famille ?

Peugeot, Mulliez, Hermès, L'Oréal... Il existe dans le paysage économique français mais également mondial, de nombreuses entreprises ayant toujours été organisées par la famille du créateur de cette même entreprise. Des générations étant passées, ce sont aujourd'hui les petits-enfants voire même les arrière-petits-enfants qui se retrouvent à la tête du navire familial, et le plus souvent, à la tête d'empires valant des sommes incroyables. Le business en famille est d'ailleurs très courant dans les très grandes entreprises, celles du CAC 40 par exemple.

Les bons côtés du business en famille

On estime que 99% des entreprises ayant entre 0 et 10 salariés sont des entreprises familiales. Ce chiffre peut faire bondir les personnes travaillant dans des entreprises de taille plus importante (plus de 1000 salariés), où d'ailleurs ce même chiffre tombe à 20%, mais force est de constater qu'il souligne une réalité certaine : les entreprises familiales vieillissent bien.

Si l'on en croit la banque Oddo, spécialisée dans l'évaluation de la résistance des entreprises aux temps de crise et de carence économique, les entreprises familiales résistent mieux aux différents chocs de l'économie, et en particulier à ceux rencontrés depuis la crise de 2008. C'est une réalité qui montre que les entreprises constituées et dirigées par des membres de la famille réussissent à rester soudées et à fonctionner même dans des temps sombres économiquement parlant.

Il suffit de regarder du côté de L'Oréal par exemple pour s'apercevoir de cela. Une entreprise familiale profite d'un ancrage historique et généalogique qui pousse les générations actuelles à porter haut les couleurs de leur famille et à pérenniser davantage l'entreprise familiale. En plus de cela, les avantages sont nombreux : possibilité d'échanger avec des personnes proches de soi, mise en place d'une relation qui tient aussi bien du côté professionnel que familial, chaque membre de la famille devient ainsi un allié capable de s'engager dans la défense de l'entreprise.

Le revers de la médaille

Peugeot, entreprise historiquement familiale, qui cède le poste de PDG à un nouveau venu, Philippe Varin, et les résultats de l'entreprise... repartent à la hausse ! Comme quoi, il ne faut pas sombrer dans les lieux communs : certaines entreprises, ayant pris le parti de mettre fin à une hégémonie familiale, ont pu voir le revers de la médaille et constater que garder une entreprise sous le règne d'une même famille peut également avoir des travers. Conflits entre les membres de la famille, choix stratégiques pris contre le gré de certains membres de la famille, déséquilibres de pouvoir entre les cadres dirigeants issus de la même famille... Les problèmes sont nombreux et la gestion d'une entreprise familiale n'est jamais un long fleuve tranquille.

D'autres points noirs viennent s'ajouter à cela : en cas de pépin financier, la responsabilité de chacun doit être définie sous peine d'une désorganisation immédiate, le fait d'être investi tant dans la vie professionnelle que familiale peut vite devenir problématique et les conflits peuvent même investir ces deux terrains.

La gestion familiale a son lot d'avantages mais également d'inconvénients, et il reste primordial de tirer le meilleur parti des uns tout en anticipant sur les difficultés à venir si vous optez pour un tel mode de direction.

Donnez une note à cet article