Les 5 bonnes raisons de devenir entrepreneur

Laurent François     14/09/17    
devenir entrepreneur

Nos sociétés occidentales se sont développées sur un malentendu, depuis des décennies la notion de richesse repose sur l’argent dans la conscience collective de l’humanité. C’est pourquoi les gens travaillent essentiellement pour avoir de l’argent.

La vraie richesse n’est pas l’argent mais le temps ! Ainsi, je ne demande jamais aux personnes que je rencontre combien elles gagnent d’argent mais plutôt de combien de temps elles disposent. Selon vous qui est le plus riche, celui qui travaille 60 heures par semaine pour gagner 5000 euros par mois ou celui qui travaille 1 heure par jour pour gagner 2000 euros par mois ? Il est inutile d’être salarié en deçà d’un coût horaire très satisfaisant et cela n’est le privilège que de quelques cadres supérieurs ou dirigeants salariés.

1) La première raison de devenir entrepreneur est de pouvoir gagner du temps

En ayant cette vision, dès la création, l’entrepreneur va éviter une erreur commise par beaucoup de créateurs. Il ne faut pas se créer son emploi mais créer une entreprise. Je croise très souvent des professionnels qui exercent leur activité en indépendant mais à y regarder de plus près, ils travaillent tout autant voir plus que des salariés. Ils ont seulement externalisé leur savoir-faire à l’extérieur de l’entreprise. Et si nous pouvons considérer que c’est un bon début, le but est loin d’être atteint.

Car si le salarié échange son temps contre de l’argent, l’entrepreneur doit lui gagner de l’argent sans gaspiller son temps. Il faut créer une entreprise qui va donner de l’indépendance à son créateur en automatisant et en déléguant le travail le plus possible.

A ce sujet, je vous recommande l’ouvrage de Thimothy Ferriss « La semaine de 4 heures : travaillez moins, gagnez plus et vivez mieux ! »

2) L’entrepreneur va pouvoir espérer un retour sur investissement de 100%

Les cadres salariés abandonnent entre 70% et 80% de leur productivité à leur patron. En fait, un salarié qui gagne 3000 euros par mois peut faire gagner 3 à 4 fois son salaire à son employeur. Cette vision des choses est acceptée par la plupart des personnes que je connais mais aucune ne semble s’en offusquer. J’ai cessé d’être salarié lorsque j’ai réalisé que je faisais gagner à mon entreprise 10 fois mon salaire.

3) L’entrepreneur fait un pari gagnant sur l’avenir

Nous avons vu que le salarié était obligé de donner à son entreprise un temps important de sa vie qui varie entre 35 et 60 heures par semaine. 

Contre tout cela, il obtient une sécurité de l’emploi qui apparaît toute relative car aucune entreprise ne semble à l’abri d’un plan social et la couverture de pôle emploi faiblit de plus en plus.
Au premier regard, le salarié français se croit gagnant en ayant souvent 8 à 12 semaines de congés par an et fustige l’entrepreneur qui ne connaît pas les congés payés. Pour ma part, j’engage tout de suite un salarié qui laissera l’essentiel de sa productivité en bénéfice pour ma société contre 12 semaines de congés et autres avantages résiduels de son statut.

Le salarié achète du temps futur et incertain par un mécanisme qui s’appelle la retraite. (Un simple système de rente financière, où le capital est constitué avant d’être redistribué partiellement à une échéance lointaine)
Cependant en 2013 les plus lucides d’entre vous comprendront que le système va exploser dans 20, 30 ou 40 ans. Cela concerne la plupart des salariés actuels. Nos gouvernements successifs s’emploient à essayer de résoudre une équation à plusieurs inconnues, insoluble. (Comment provisionner la rente des futurs retraités quand vous ne connaissez pas exactement le nombre de personnes à payer et la durée de la rente). Mais en revanche si nous nous basons sur les projections de l’INSEE, nous savons qu’il y aura 4 millions de personnes de 85 ans en France dans 30 ans. Je n’en dirai pas plus vous aurez compris que le salarié a vraiment des raisons de s’inquiéter pour son avenir.

L’entrepreneur profite du temps présent en travaillant moins et en déléguant à ses salariés les activités qui produiront son revenu. En outre, il ne finance pas sa retraite par une rente mais en se constituant un capital représenté par la valeur de son entreprise.

4) Créer une entreprise est la dernière aventure humaine au 21ème siécle

L’entrepreneur va s’ouvrir au monde et rencontrer très rapidement des personnes incroyables provenant d’univers différents. Il va connaître un accroissement de ses capacités professionnelles et personnelles en sortant de la zone de confort du salarié. Les enjeux de ses décisions vont devenir primordiaux pour l’entreprise. L’entrepreneur va rentrer dans le monde béni de l’indépendance et ne plus subir les actions d’un chef ou d’un patron provoquant un stress important.

5) L’entrepreneur efface la concurrence

La plupart des experts ou les très bons professionnels dans leurs domaines de compétences respectifs se contentent de mettre leur savoir-faire en concurrence au profit d’un patron qui va récolter les fruits de leur travail. J’ai moi-même réalisé cette expérience lorsque j’étais salarié en côtoyant des professionnels qui avaient au moins voire plus les mêmes compétences que moi. Cependant aujourd’hui 99% de ces personnes sont toujours salariés alors que je gagne deux fois leur salaire en travaillant deux fois moins.

La bonne nouvelle pour les futurs entrepreneurs est que la plupart des gens autour de vous ne franchiront jamais le pas. Et toutes les études le montrent plus vous allez rester salarié longtemps et moins il sera facile de sortir ce cadre. 

Alors profitez en maintenant, avant qu’il soit trop tard. Il existe de nombreuses niches de marché ou votre savoir-faire, votre expérience et vos compétences vont vous permettre de vous imposer. Les places à prendre sont devant vous.